Tables en plomb

De dimensions plurielles, la table de plomb s’invite sur de très nombreux immeubles haussmanniens nichés au cœur de Paris. En effet, elle vient recouvrir les balcons en pierre de ces bâtiments dans l’optique de garantir une parfaite étanchéité, mais également éviter toute érosion future du support. Cependant, une telle réalisation impose un réel savoir-faire ainsi qu’un respect total des précautions de sécurité.

Entreprise de premier plan dans la transformation du plomb, D’Huart Industrie met en lumière – au travers de cet article – l’utilisation des grandes tables en plomb sur les balcons parisiens.

Zoom sur les tables en plomb

Plus communément appelée « table », cette feuille de plomb laminé – présentée sous forme de rouleau – est majoritairement employée pour la réalisation de travaux de couverture et d’étanchéité. Extrêmement malléable, elle permet donc la fabrication d’éléments étanches pour des projets de rénovation en toiture ainsi qu’au niveau des balcons.

Produite à partir d’un matériau durable et parfaitement recyclable, la table en plomb s’adapte pleinement aux spécificités des travaux entrepris grâce à un large éventail de dimensions à savoir :

  • Largeur supérieure ou égale à 1 mètre,
  • Épaisseur de 2,5 mm, 3 mm et 4 mm,
  • Longueur susceptible d’aller jusqu’à 10 mètres.

En tant que leader européen en ingénierie du plomb, D’Huart Industrie conçoit et lamine ses propres tables en plomb dans son usine implantée aux Pays-Bas (1 200 à 1 500 tonnes de grandes tables en plomb livrées chaque année). Réalisées à partir de plomb normé (PB810M-norme NF.EN 12588), elles sont ensuite déroulées et découpées sur mesure par des entreprises clientes spécialisées en couverture.

Des tables en plomb aux immeubles haussmanniens

Au-delà d’un style architectural intérieur raffiné, les immeubles haussmanniens se distinguent également par leurs rangées de balcons situées au second et cinquième étage. Ce choix répondait – par le passé – au respect d’une certaine hiérarchie sociale :

  • Le second étage permettait aux propriétaires d’accéder – rapidement et sans trop d’efforts – à leurs appartements,
  • À l’inverse, la présence d’un balcon au 5ème étage est motivée par des raisons d’équilibre dans l’esthétisme de la façade.

Principalement constitués de pierres de taille (consoles et modillons en pierre), ces derniers sont sujets aux infiltrations d’eau et donc à une dégradation parfois irréversible de la structure porteuse. C’est ainsi pour pallier cet hypothétique défaut d’étanchéité qu’il est courant de retrouver des tables en plomb sur les balcons des immeubles haussmanniens.

D’autre part, la mise en œuvre de cet élément de protection sur ces balcons filants est imposée par les règles d’urbanisme de la Ville de Paris, mais également par les architectes des monuments de France.

Et enfin, l’usage de tables en plomb se justifie également par les propriétés intrinsèques du matériau. Le plomb préserve au maximum l’état de la pierre de taille en la laissant respirer – sans risque de moisissures – contrairement aux enduits et/ou résines d’étanchéité.

Les particularités et contraintes du plomb laminé

Comme mentionné précédemment, le plomb laminé offre une pluralité d’avantages lors des travaux de couverture et d’étanchéité. Néanmoins, il impose la prise en compte d’une série de précautions de santé et l’usage de techniques de pose spécifiques.

Solution performante et durable

Fortement plébiscité pour la rénovation des balcons haussmanniens, le plomb laminé offre d’excellentes performances en matière d’imperméabilité et de longévité. En détail, il offre une grande résistance à la corrosion et ne risque donc pas de s’oxyder. La pérennité du bâtiment édifié après la seconde moitié du 19ème siècle est définitivement assurée.

La durée de vie d’une table en plomb oscille entre 80 et 100 ans. Cette caractéristique présente un double avantage à savoir :

  • La préservation de l’intégrité du balcon,
  • Et l’absence d’interventions récurrente de couvreurs.

Grande adaptabilité aux projets

Souple, léger et façonnable, le plomb laminé s’adapte pleinement à toutes les formes de balcons et de toitures. Autrement dit, il épouse parfaitement les formes arrondies et angulaires comme une noue, un faîtage, un solin, un abergement de cheminée, un rebord de lucarne, une fenêtre de toit ou encore un garde-corps.

Pose exclusivement réalisée par des professionnels

Ensuite, les travaux de couverture de balcons à l’aide de tables en plomb doivent être nécessairement menés par des professionnels. Seule une équipe de couvreurs est en mesure d’effectuer la pose de ces feuilles de plomb dans les règles de l’art. À titre d’exemple, vous retrouverez ci-après une série d’exigences pour la mise en œuvre d’une table en plomb :

  • Pente minimale acceptée de 2% (1% toléré si la largeur du balcon n’excède pas un mètre),
  • Soudure de la table recouvrante sur la table inférieure,
  • Épaisseur à définir selon la surface maximale à recouvrir,
  • Calepinage des tables en plomb en respectant un piètement maximum par table,
  • Relevé (seuil ou autre) à hauteur minimale de 10 cm,
  • Angles verticaux réalisés par repoussage à la batte ou bien par soudure autogène,
  •  

Mises en garde pour la santé

L’exposition régulière au plomb peut avoir des conséquences néfastes sur la santé des travailleurs. En effet, le plomb est susceptible de pénétrer dans l’organisme par inhalation ou par ingestion. C’est pourquoi la pose de tables en plomb est soumise à une règlementation très stricte.

Plus précisément, les couvreurs doivent impérativement respecter une suite de procédures au contact du plomb à savoir :

  • Obligation de se laver les mains avant les repas,
  • Interdiction de boire, manger et fumer sur les lieux de travail,
  • Prise d’une douche après le travail (mise à disposition de douches par l’employeur),
  • Nécessité de changer de vêtements une fois la journée de travail terminée.

Plomb Venus®, la nouvelle protection en plomb laminé

Fruit de nombreuses années de développement, le plomb Venus® se positionne comme la nouvelle génération de produits laminés en plomb. Plus précisément, il reprend ainsi les propriétés du matériau originel (durabilité et malléabilité) en y ajoutant une finition de surface novatrice. Alliant esthétisme et sécurité, cette dernière autorise une mise en œuvre sans contact direct avec le plomb et cela par tous les temps.

Grâce à un procédé d’encapsulation du matériau, le plomb Venus® confère aux ouvrages et aux couvreurs :

  • Un aspect élégant et subtil de par une surface sombre et brillante,
  • Une longévité accrue pour des décennies d’étanchéité,
  • Une fabrication résolument écologique (économe en énergie et nécessitant peu de ressources),
  • Une excellente résistance aux agressions climatiques et chimiques,
  • Sans oublier une sécurité vis-à-vis de la toxicité du plomb.

Avec les équipes de D’Huart Industrie à vos côtés, profitez des propriétés avancées du plomb Venus® pour la rénovation de balcons et toitures. Dès à présent, contactez-nous – à l’aide du bouton ci-dessous – pour découvrir en détail cette solution d’étanchéité ou commander des échantillons.

Plan du site – Mentions légales – Copyright © 2019 – Une réalisation  Elliot Shebaski .